Crédit Photo: Anne Lebrun

Le début de l’histoire Plaçons les personnages.....

Sur cette pellicule de vie qui a mon nom dessus, j’entre en scène, un mardi, 1 er octobre 1968 dans la belle ville d’Istanbul, la perle de la Turquie.

L’aînée d’une fratrie de deux, un amour de frère arrive deux ans après moi....

Attentez.... attendez.....est ce que c’est bien ici que commence mon histoire? c’est difficile de trouver où commence l’histoire d’une vie, à la naissance ? Avant la naissance ? À un moment qu’on perçoit comme marquant un changement important?

Je dois prendre une décision autrement on va y être encore pour l’Éternité.

Définissons le contexte, je vais commencer par vous présenter les personnages qui ont eu des rôles majeurs dans les événements qui m’ont forgée, qui m’ont créée, des personnages qui avec leur action ou inaction, leur gentillesse et, ou, leur rejet, m’ont composée. Je veux rendre hommage à toute leur lumière et à toute leur ombre. C’est cette oscillation de leur être qui m’a élaborée.

La famille de mon père était Stambouliote depuis plusieurs générations, ma grand-mère, dit-on bien fière d’être Stambouliote, avait un regard un peu hautain sur les gens qui étaient originaire d’autres petites villes ou de villages de Turquie. On ne dit rien de tel de mon grand-père.

Mon père était un « gagnant » dès sa naissance. D’abord il a été le seul et unique enfant qui a réussi à naître de ma grand-mère après 12 fausses couches ensuite malgré qu’il soit né prématuré et très faible il a réussi à survivre, je parle des années 1939 je parle d’Istanbul. On peut dire qu’il a commencé très très fort !

Si lui, il a été très fort, sa famille est une autre histoire….parait-il que mes grands-parents avaient une situation très confortable à sa naissance mais peu après, parait-il qu’à cause des histoires avec des membres peu scrupuleux de la famille de ma grand-mère, ils ont été démunis peu après l’arrivée de mon père. Lui qui était parti “gagnant” a vécu dans la pauvreté pendant toute sa jeunesse et son adolescence.

Mes grands-parents se sont beaucoup privés pour lui fournir une vie sans qu’il ait le sentiment de manquer. Est-ce qu’ils ont réussi? Vous prendrez votre propre décision plus tard dans la suite de mon histoire personnelle....revenons à mon père. C’était un garçon très intelligent et débrouillard. Il a fait des études universitaires à une époque où peu de jeunes de sa condition le pouvaient. Sa famille avait mis beaucoup d’espoir en lui pour qu’il vive une vie d’opulence et qu’il soit considéré comme une personne d’importance dans la communauté Arménienne avant tout mais de préférence dans toute la ville d’Istanbul.

14 JUIN 2017

                                                                        Numéro d'entreprise du Québec (NEQ) : 2272707284

© Copyrights  Ani Berberyan Coaching 2017, Tous droits réservés

Déontologie       Conditions d'utilisation du site         Modalités et Conditions de Coaching